Chronique : Carnet de faveurs

Un petit carnet accrocheur, rempli d’érotisme

carnet de faveurs chloé bellerose littérature érotique

La blogueuse littéraire CatCritick a passé un bon moment de lecture en compagnie de Carnet de faveurs. Voici sa chronique au sujet de notre nouveauté de janvier.

CatCritick, le 6 février 2017

« C’est vraiment très rare que je me plonge dans ce genre de littérature. Je trouve habituellement les romans dits érotiques plates, et ils reviennent tous au même. Je ne suis donc jamais tentée d’en lire ou d’en acheter. Quand les Éditions au Carré m’ont proposé cette lecture, j’ai dit oui, justement pour ouvrir mes horizons et laisser la chance à ce genre de littérature de frayer son chemin dans mon cœur de lectrice.

Je ne peux pas dire que j’ai été sous le charme et que ma bibliothèque se remplira de romans sensuels, mais je peux dire que la plume de Chloé Bellerose a son petit charme. Chacun des chapitres représente une faveur sexuelle ou sensuelle que Frédérique a écrite dans son carnet pour l’anniversaire de son amoureux Sam. Elle ou lui les réalisera tout au long de ce petit récit de 200 pages.

Le texte

Écrit sous la forme d’un roman, selon moi il relève plutôt d’un recueil de nouvelles. Je l’ai lu d’une traite un samedi matin, mais je vous conseille, après réflexion, de le lire à petites doses. Un chapitre (faveur) à la fois. Même si j’ai apprécié ma lecture, je l’aurais sans doute appréciée davantage si j’y étais allée un chapitre à la fois. Mais moi, quand je suis plongée dans une histoire et qu’elle m’accroche un tant soit peu, j’ai de la difficulté à arrêter. D’autant plus que le samedi matin pour moi c’est sacré, je lis toute l’avant-midi!

La plume de Chloé est simple mais accrocheuse. Bien que ce soit un roman rempli d’érotisme, la sexualité est juste bien dosée. Il y a de la viande autour de l’os, comme on dit ! La complicité des deux personnages y est pour beaucoup aussi. Ce n’est pas juste du sexe pour du sexe, ces deux-là s’aiment, pour vrai. Le roman est aussi teinté d’humour, ce qui a d’après moi contribué à me faire apprécier encore plus mon moment lecture.

En conclusion, même si vous n’êtes pas adepte du genre, laissez-vous tenter par celui-ci. Peut-être bien qu’il émoustillera vos soirées ou bien qu’il vous fera voir ce genre littéraire d’un autre œil, comme il l’a fait pour moi.»

Cadeau pour la Fête des Pères

jonah keri

L’extraordinaire saga de Nos Amours à la Fête des Pères!

Le livre de Jonah Keri se retrouve parmi les idées-cadeau de Karine Vilder du JDM à l’occasion de la Fête des Pères!

Le Journal de Montréal

Karine Vilder, 19 juin 2016

Ceux qui ont passé une partie de leur jeunesse à suivre les matchs des Expos seront sûrement heureux, le temps d’un livre, de retrouver Rusty Staub, Gary Carter, Ellis ­Valentine, Tim Wallach, Pedro Martinez, Vladimir Guerrero, Felipe Alou ou… Youppi! Le journaliste sportif Jonah Keri relate en effet la ­passionnante épopée de Nos Amours! Cliquez ici

 

On retrouve également l’ouvrage parmi la sélection de lectures d’été de Geneviève Langlois au 5@7 RDS. Cliquez ici pour visionner la capsule vidéo!

Salon de l’Amour et de la Séduction 2017

Une expérience haute en couleurs

Les 20, 21 et 22 janvier dernier, les Éditions au Carré tenaient un kiosque au Salon de l’Amour et de la Séduction à la Place Bonaventure de Montréal, pour promouvoir les titres de littérature érotique publiés par la maison.

Salon de l'amour et de la séduction place bonaventure

La plus récente parution de la maison d’édition, Carnet de faveurs, a connu un véritable succès auprès des visiteurs du Salon, amateurs d’objets érotiques en tout genre. Arborant un mystérieux masque de dentelle noire qui faisait tourner les têtes, l’auteure Chloé Bellerose était sur place les samedi et dimanche pour rencontrer les lecteurs et dédicacer les livres. « Une expérience incroyable », pour reprendre les mots de la jeune femme qui dédicaçait des livres pour la première fois.

Par ailleurs, la série de nouvelles érotiques Osé, qui a connu un grand succès lors de sa sortie en librairie il y a quelques années, a attiré de nouveaux lecteurs, curieux de découvrir seuls ou en couple ces courtes histoires qui font rougir. Jean-François G., l’auteur de ces trois livres, était présent les vendredi et samedi pour dédicacer ses livres.

Bref, une expérience haute en couleurs pour les Éditions au Carré, qui se sont frottées, le temps d’un week-end, à ce monde osé bien particulier.

Chloé Bellerose carnet de faveurs salon amour et séduction
osé nouvelles érotiques jean-françois g

 

L’extraordinaire saga de Nos Amours

L'extraordinnaire saga de nos amours

L’extraordinaire saga de Nos Amours

Le 5@7 RDS

Geneviève Langlois, 12 juin 2016

L’extraordinaire saga de Nos Amours figure parmi la sélection de lectures sportives d’été de Geneviève Langlois, au 5 @7 RDS.

Voici comment elle décrit cette anthologie sur les Expos de Montréal : « Un livre qui met vraiment en scène les héros, les exploits, mais aussi tout ce qui s’est passé en coulisse, comment les Expos ont quitté, etc. Alors c’est autant pour les nostalgiques que pour ceux qui ont envie de se replonger dans cet univers (…) Une très bonne suggestion! »

Cliquez ici pour voir la capsule vidéo!

Chronique : La voie du retour

Le témoignage d’une blogueuse… femme de militaire

La voie du retour-militaire-stress post-traumatique

Publié le 9 novembre 2016, La voie du retour  a déjà interpelé des militaires, des vétérans, des familles et des intervenants. Mais pas seulement. Ce livre a aussi intéressé la blogueuse littéraire CatCritick, dont le conjoint souffre de blessures de stress opérationnel. Voici sa chronique au sujet du livre.

CatCritick, le 6 décembre 2016

Cette chronique sera un peu différente des autres, parce que ce livre-là n’est pas un roman, mais bien un outil d’aide pour les militaires et leur famille qui vivent avec les problématiques de stress post traumatique. Je ne suis pas la fille qui crie sur tous les toits ma vie privée, encore moins dans mon blog. Mais ce sujet, je trouvais important de l’aborder avec vous. Quand on est confronté à une problématique de santé mentale, on a tendance à le cacher, à s’isoler. Ce que j’ai fait comme bien d’autres.

Je suis en couple avec mon conjoint depuis bientôt 13 ans, quand je l’ai rencontré il était déjà dans les Forces armées canadiennes. Disons que ma vie de couple n’a jamais été comme celle de tout le monde. J’ai rapidement été confrontée à des départs plus ou moins longs, à diriger ma vie selon sa carrière à lui et puis vint l’Afghanistan. Les 8 mois les plus long de ma vie où mon seul but dans une journée était d’attendre son appel, et ma seule peur, de voir arriver les officier chez moi pour m’annoncer une mauvaise nouvelle. Il est bien revenu en chair et en os, mais il n’était plus tout à fait le même après!

Je vais vous épargner notre vie entre 2006 et 2016, elle à été « normale », bref elle avait l’air « normale ». De cette union sont nés trois beaux enfants. Felix qui aura 9 ans bientôt, Benjamin qui a 7 ans et demi et Ève qui a 6 ans et demi.

Donc revenons à l’été 2016, temps où mon conjoint a décidé que assez c’était assez et qu’il allait prendre le temps de guérir ses blessures de guerre. Comme bien des gens dans l’entourage de personnes souffrant de stress post traumatique, on est dans le néant. On ne saura jamais ce qu’ils ont vécu là-bas ni ce qui se passe dans leur tête en tout temps. Disons que quand j’ai vu passer l’annonce de ce roman sur mon fil d’Actualité Facebook, je me suis dit Cat, ce livre-là est pour toi. Et je me suis mise à lire peu à peu les chapitres de ce livre qui allait m’aider à comprendre un temps soit peu mon conjoint.

Ce que je peux dire, c’est que le livre est complet. Il aborde tous les aspects de cette maladie et ce qu’elle engendre chez la personne atteinte. Il aide l’entourage de la personne atteinte à mieux la comprendre et à mieux intervenir auprès d’elle. Le livre est vulgarisé, donc super facile à comprendre pour le commun des mortels et on n’a pas non plus l’impression de se faire faire la morale. Il a été aussi d’une grande aide pour mon conjoint, il a pu mettre des mots sur ses comportements ainsi que sur ses pensées. Il ne remplace tout de même pas une thérapie, mais je dirais qu’il en est un beau complément. Ce livre est en permanence sur ma table de chevet, je le consulte au besoin et selon mes questionnements!

 

 

 

Chronique : Par amour du stress

 

Par amour du stress

par amour du stress sonia lupien

La Terre de chez nous

Dominique Alexis, 18 mai 2016

CHRONIQUE BOUQUINEURS. Scientifique spécialiste du stress, Sonia Lupien est aussi une communicatrice hors pair. Dans Par amour du stress (Éditions au Carré), elle nous offre de façon claire et limpide les fruits de 20 ans de recherche sur les causes, les symptômes et les conséquences du stress humain. En donnant quantité d’exemples bien concrets, elle explique pourquoi certains vont stresser et d’autres non alors qu’ils vivent pourtant la même situation. Tout dépend toujours des circonstances, différentes pour chacun, comme de notre sensibilité variable aux quatre caractéristiques du stress. Car il y en a quatre. Pour que celles-ci soient plus faciles à mémoriser, Mme Lupien a imaginé un acronyme : CINÉ. CINÉ pour perte de Contrôle, Imprévisibilité, Nouveauté et menace pour l’Égo.

Ainsi, que votre stress soit petit ou grand, vous y trouverez toujours l’une ou l’autre de ces caractéristiques et souvent une combinaison de plusieurs. Mais que faire lorsque votre stress vire à l’obsession et que votre cerveau, en état d’alerte maximale, refuse de se calmer? Le mieux sera toujours d’y faire face pour tenter d’en identifier les causes, explique Mme Lupien. Et ainsi ai-je fait, car le hasard a voulu que je lise Pour l’amour du stress en état de grand stress. J’ai ainsi observé que mon stress était dû à un sentiment de perte de contrôle. Pour en regagner tant soit peu, j’ai tenté mentalement de trouver une solution puisque, d’après les recherches, le simple fait d’en imaginer une apaise instantanément le cerveau. Et, devinez quoi? Mon stress a diminué! Aussi, si vous stressez à l’idée de ne pas gagner ce livre en tirage, j’ai pensé à une solution pour vous : Mammouth magazine, l’excellente revue du Centre d’études sur le stress humain dont Sonia Lupien est directrice, est gratuite et disponible en ligne! www.stresshumain.ca/mammouth-magazine.html.

militaire la voie du retour vanessa germain line vaillancourt

Un livre attendu par la communauté militaire

Les journaux Adsum et Servir consacrent un article à La voie du retour !

Le 9 novembre dernier paraissait en librairie l’ouvrage La voie du retour, écrit par Vanessa Germain et Line Vaillancourt. Deux jours avant le Jour du Souvenir, ce livre a fait l’objet d’un très bel article dans le Journal Adsum, repris deux semaines plus tard par l’autre journal de la communauté militaire, le Journal Servir. Voici l’article du journaliste Simon Leblanc, qui s’est entretenu avec l’auteure Vanessa Germain.

 

Simon Leblanc – Journal Adsum

Dans un désir de rejoindre et d’outiller les militaires et vétérans qui souffrent d’une blessure de stress opérationnel (BSO), deux psychologues diplômées d’un doctorat à l’Université du Québec à Montréal, Vanessa Germain et Line Vaillancourt, présentent le livre « La voie du retour ».

Le titre de cet ouvrage réfère au chemin à parcourir en revenant d’une mission pour se réadapter à la vie normale, hors de la zone de conflit. Le livre traite de plusieurs sujets : l’état de stress post-traumatique, la dépression, le deuil, la colère et la transition vers la vie civile.

« Nous croyons pouvoir aider les militaires qui souffrent en leur donnant des outils concrets pour gérer l’anxiété, comprendre et démystifier certains symptômes, se sentir moins seul à souffrir, savoir mieux réagir dans certains contextes, mieux reconnaître et apprivoiser leurs émotions, et bien plus », précise Vanessa Germain, spécialiste de l’état de stress post-traumatique.

« La voie du retour » est le premier livre en français qui touche à autant de sujets. Basé sur l’expérience clinique et les constats faits à travers les années de thérapie des deux psychologues auprès des militaires, il répond à de nombreuses questions en fournissant à la fois des conseils simples et des stratégies concrètes à mettre en pratique.

Comme l’affirme Mme Germain, plusieurs militaires et vétérans ont tendance à souffrir seuls et en silence, et ce, parfois pendant plus de 20 ans ! « La peur d’être jugé « faible », le déni de la gravité des symptômes et l’incompréhension sont autant de raisons pour lesquelles certains militaires ne consultent toujours pas malgré les efforts pour renverser les tabous face à l’état de stress post-traumatique (ESPT) », ajoute-t-elle. Son conseil pour ceux qui hésitent à consulter : débuter par lire un livre. Pour les autres qui ont déjà fait le pas de parler à un professionnel, l’ouvrage est un complément à la thérapie entamée.

Travail et espoir

Pompiers, ambulanciers, policiers et militaires sont tous des métiers où les risques de subir une BSO sont présents. Tous ceux qui portent un uniforme sont confrontés sur une base régulière à des situations difficiles. En ce qui concerne les militaires, le stress peut être amplifié par la durée du déploiement Pendant plusieurs mois, ils doivent s’adapter à des valeurs, des règles et des modes de vie très différents des leurs. Ils sont davantage exposés à la souffrance et aux dangers.

« Leur vie devient beaucoup plus menacée en zone de guerre et leur système de défense est activé à son maximum et sans relâche. Les militaires en théâtre ne peuvent pas revenir à la maison le soir pour décompresser. Le sentiment de sécurité est quasiment absent, ce qui accentue le besoin d’adaptation et le niveau de stress », explique Vanessa Germain.

Toutefois, elle signale qu’il y a de l’espoir pour les militaires atteints d’une BSO de voir leur état s’améliorer. Bien qu’ils ne puissent pas oublier ce qu’ils ont vécu, ils peuvent apprendre à mieux accueillir certains souvenirs et à digérer émotivement certains traumas.

Le travail auprès de ces personnes se poursuit. « Il faut continuer le travail entamé visant à enrayer les tabous et les préjugés face à l’ESPT. C’est un processus qui devra se poursuivre au sein même de la culture militaire », renchérit Mme Germain.

Publié deux jours avant le jour du Souvenir, les auteures de « La voie du retour » ont choisi ce moment parce qu’il s’agit d’une journée importante qui rappelle la nécessité de ne pas oublier les soldats décédés ou blessés en servant leur pays.

salon du livre montréal 2016

Salon du livre de Montréal 2016

Les Éditions au Carré au SLM!

Passez nous voir au Salon du livre de Montréal du 16 au 21 novembre 2016! Nous occuperons un espace au stand 236 pour vous présenter entre autres nos plus récentes parutions de l’automne.

Venez discuter avec les auteurs et faire dédicacer vos livres!

  • Michel-Olivier Marcoux : le vendredi 18 novembre de 17h à 19h (Investir)
  • Vanessa Germain : le dimanche 20 novembre de 9h à 10h30 (La voie du retour)

Bon Salon!

Salon International du livre de Québec

Salon international du livre de Québec

Les Éditions au Carré sont présentes au Salon international du livre de Québec du 13 au 17 avril 2016.

Venez rencontrer Denis Gervais, auteur de La marche de l’espoir : Au cœur d’Opitciwan, lors des séances dédicaces au Salon international du livre de Québec.

  • Vendredi le 15 avril de 15h à 16h30

  • Samedi le 16 avril de 9h30 à 11h et de 14h à 15h30

  • Dimanche le 17 avril de 12h30 à 14h

Nous sommes au stand 91, passez nous voir!

 

Cliquez ici pour plus de détails sur le SILQ